Vivre les transitions en couple et en famille

Le terme transition, ce passage ‘au-delà’ est utilisé principalement aujourd’hui pour parler de la transition écologique, cette transformation recherchée vers un monde plus respectueux de l’environnement et de l’humanité.  En ce sens, peut-on parler de transition au sein des couples et des familles ?

La vie est changement, évolution, (pro)-création. Elle est donc transition continue ! Ainsi en est-il de la vie conjugale et familiale. Un couple a d’ailleurs plus de chance d’être stable si, paradoxalement, il intègre le changement dans son existence, se laisse surprendre par les événements de la vie et par l’évolution de ses membres. S’il consent à ces transformations et cherche à s’adapter aux nouvelles situations, il relève aussi le défi de sa propre collaboration à la création divine !

Certaines transitions sont importantes et parfois difficiles à vivre. Le couple passe en effet par toutes les étapes du cycle de la vie : début de la vie commune, naissance des enfants, adolescence puis départ des jeunes, vieillissement et décès de ses propres parents, retraite…, autant de transitions qui mettent l’équilibre du couple à l’épreuve. Et cela sans compter des événements tels qu’un nouvel emploi, un déménagement, une maladie, une recomposition familiale, …

Nous pourrions reprendre ici une liste de pistes pour traverser ces crises, que ce soit la prise de conscience de ses émotions, la communication bienveillante, parfois le recours à un tiers, … Mais elles rejoignent un principe essentiel repris par le pape François : la primauté du temps sur l’espace.Il s’agit d’initier des processus plutôt que de posséder des espaces[1]. Les transitions au sein des couples et des familles nécessitent, en effet, du temps pour ressentir, comprendre, accepter, partager, pardonner, repenser ses priorités et décider d’une nouvelle direction.

Il est donc crucial de choisir entre le temps et l’espace, entre l’importance de vivre des moments de qualité et le désir exacerbé par la société d’avoir plus (non seulement de biens matériels mais aussi de possibilités telles qu’une promotion, de multiples activités, un voyage à chaque période de vacances, …). Si posséder est évidemment nécessaire pour vivre, chaque couple/famille est invité/e à peser ces deux axes du temps et de l’espace, à trouver le rythme approprié pour traverser les transitions de la vie et faire de justes choix.


Bien sûr, pour certains, la situation économique et professionnelle rend ce choix difficile, le stress et le manque ne permettant pas de privilégier le temps. Une offre d’entraide, en paroisse par exemple, pourrait permettre à ces couples/familles de se poser, de se parler, de vivre…

Ainsi, le temps retrouvé en couple et en famille, associé à une certaine sobriété permet de resserrer les liens entre ses membres. Car on a beau connaître les clefs pour mieux communiquer, sans le temps nécessaire au vivre ensemble, elles ne sont que de peu d’utilité pour traverser plus sereinement les étapes de la vie. Et si la famille ose relever ce double défi du temps et de la sobriété, c’est toute la société qui fait un bond vers la transition écologique !

Myriam Frys-Denis

Thérapeute conjugale et Familiale Chêne de Mambré


[1] Evangelii Gaudium et « Amoris Laetitia »